Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

C’est gênant de compter les morts

Si les pauvres, les besogneux, les beaufs, les pas assez formés, les pas diplômés et mal diplômés, les pousseurs de caddies comme les défoncés des coins des rues qui puent la pisse n'étaient pas là, les pigeons voyageurs bourrés d'oseille ne seraient propriétaires que de leurs métastases.
-----------
Je suis très gêné par le décompte, celui des morts et ce déferlement d’hommages tous plus pathétiques les uns que les autres. C’était un grand homme, c’était des pauvres gens, allumons des bougies, écrasons une grosse larme sur son canapé, commentons, encensons et déplorons le départ d’untel, d’unetelle, ou de ces milliers de quidams défoncés par une tempête ou un séisme ou une guerre. Mais bien entendu la réponse en boucle, vide de substance : « C’est humain ». Tuer son prochain, le violer, l’humilier, l’expier, le bannir, le baiser, le rouler, le démolir, l’humilier, le ravager, le bouffer, le brûler, le faire pourrir, le montrer du doigt, le mettre en danger, le condamner, le …

Derniers articles

Un grand débat national : comment Macron va tenter de nous enfumer

Guérilla urbaine, assassinats, disette, chaos

En même temps les flics, ils sont censés kiffer quand il y a de l'action non ?

Soirée Acharniste #4. Rencontre des undergrounds. Programme. 22 février 2019

Chronique de mon ralliement aux Gilets Jaunes